Colloque CIA 4

Du projet utopique aux projets pratiques

26-27 sept. 2024 Bordeaux (France)

C’est sur la base du projet ANR SAPS FabLab More que le colloque « Connaissances et informations en action », dans sa quatrième édition, propose de réunir chercheurs et acteurs des FabLabs, mais également d’autres types de tiers-lieux, porteurs des mêmes valeurs liées aux communs de la connaissance et du numérique, à la science et aux technologies ouvertes, à l’artisanat numérique, et qui s’appuient sur des dispositifs sociotechniques articulés à des projets mobilisant des technologies numériques dans une perspective d’intelligence collaborative. Le colloque engage en particulier les responsabilités environnementales, sociétales et sociales à l’origine des usages des espaces et des technologies. Il est centré sur les communautés de pratique de proximité et de distance, la chaîne d’acteurs de la médiation et d’intermédiation, à partir de territoires de fabrication robustes et identifiés. La titre évoque les “fabulistes” en référence à tous les acteurs de ces espaces, quel que soit leur statut (y compris les “usagers”, stagiaires, apprenants de passage), la durée de leur séjour et les modalités de leurs activités dans les FabLabs, voire dans d’autres espaces du même type. Le colloque impliquera des chercheurs en sciences humaines et sociales, en sciences du numérique et de l’ingénierie, ainsi que des acteurs de la médiation scientifique, numérique, documentaire ou technique.

Lien vers l’appel : https://cia4.sciencesconf.org/

FabLabMORE et la médiation scientifique et technique

Le projet FabLabMORE investit la question des objectifs et des formats de la médiation dans les espaces des FabLabs. Il a été présenté à :

Le projet FabLab-More

FabLab : une dynamique de savoirs par « le faire » 

La perception de l’espace public a évolué ces dernières années vers une revendication diffuse d’un droit universel d’accès à l’information, aux savoirs et aux compétences nécessaires au développement économique, social et citoyen, ainsi qu’à la participation la plus large possible de tous aux débats publics, notamment autour des sciences, des techniques et du numérique, tout au long de la vie, par des modalités variées, pas seulement académiques. Ce phénomène social est diffus dans le monde, y compris dans des pays où les systèmes éducatifs en voie de construction n’ont pas encore fermement établi un enseignement de base universel, comme de nombreux pays d’Afrique subsaharienne. On peut considérer ces revendications comme participant de la logique des « communs de la connaissance », d’« empowerment » des citoyens (Maury, Hedjerassi, 2020) et de quête de justice cognitive (Piron et al., 2016), avec l’affichage d’une volonté sociale et collective forte. Dans cette logique, on assiste à la structuration progressive et variée d’une culture numérique reposant sur l’usage de machines, de techniques, de langages, de l’algorithmie, et plus généralement de l’information, à partir des trois dimensions que sont les façons de penser, les objets, et les interactions sociales à l’intérieur des réseaux numériques à l’échelle du monde. Ce mouvement passe notamment par l’acquisition de compétences renouvelées, avec la capacité à construire des objets dans une démarche créative, collaborative et à l’aide de techniques et d’outils (numériques mais pas seulement) mis à disposition du public et partagés dans des espaces ouverts, plus récemment à distance (sous l’effet de la Covid-19 par exemple). La philosophie des FabLabs répond à cette préoccupation collective d’un accès démocratisé aux équipements, contribuant ainsi à la co-construction de connaissances et de compétences par le faire. Créé par Neil Gershenfeld, professeur au MIT, le concept de  « laboratoire de fabrication » renvoie à un lieu ouvert au public où sont mis à disposition toutes sortes d’outils, avec des données stockées sur des plateformes collaboratives, en vue de concevoir et de réaliser des objets tangibles. Le travail qui s’y mène, dans des collectifs à géométrie variable, ne porte pas seulement sur les aspects matériels de la fabrication d’objets, mais aussi sur la démarche co-créative (production avec les pairs, idéation, itération, prototypage), ainsi que sur les développements informatiques nécessaires pour faire fonctionner les outils ou les projets, par exemple autour de la robotique, sur les dimensions sociales de la création et sur des systèmes d’entraide entre les acteurs.

Avec la multiplication des tiers-lieux et le développement d’une large réflexion sur le lien entre espaces et apprentissages (Maury, Kovacs, Condette, 2018), ces dernières années ont vu se développer l’offre de projets et programmes en direction des publics scolaires ou des jeunes publics en marge ou en rupture de cursus d’étude. Cette offre ne vise pas les performances techniques innovantes, le complément d’apprentissages universitaires de type ingéniérique, ni une reproduction du cadre scolaire. Les FabLabs tendent à devenir des plateformes facilitatrices de la transmission de la culture scientifique et technique grâce notamment à un décloisonnement des pratiques d’apprentissage conventionnelles à travers quatre éléments fondamentaux :

  • l’échange de pair à pair,
  • le changement de la relation sachant/apprenant,
  • l’apprentissage par le faire et par l’erreur,
  • enfin, le “Faire ensemble” permettant de construire progressivement une communauté d’intérêts, de pratiques et de valeurs partagées. 

L’une des limites actuelles est que les FabLabs ne font pas l’objet d’un suivi au-delà du temps et de l’espace du projet et de sa réalisation, et que l’on assiste à un faible réinvestissement dans d’autres situations d’apprentissage, par défaut de transférabilité, notamment dans la sphère scolaire ou culturelle du jeune et de l’apprenant. Malgré la multiplicité des plateformes dédiées à des techniques, des machines ou des lieux spécifiques, la démarche même du projet en FabLab reste peu documentée, peu communiquée, peu visible en dehors de l’univers très spécialisé des Fabmanagers, des professionnels,  des “makers” qui veulent « articuler la vieille tradition du bricolage avec les technologies contemporaines» (Flichy, 2017, p. 165),  ou des “libristes” passionnés. 

Ainsi, progressivement, est apparue la nécessité d’imaginer des dispositifs et des actions de médiation et d’intermédiation pour permettre le rapprochement entre les projets et les réalités de l’action, entre science et socitété, en passant par des pratiques d’information et de communication partagées, et surtout pérenniser, dans une perspective de partage, les apprentissages, au-delà du seul moment de la conception et de la réalisation d’un objet fabriqué ou d’un dispositif. Le projet FabLab-More vise à accompagner le développement des FabLabs dans des logiques d’ouverture sociale plus que d’innovation technologique experte, et à poursuivre et approfondir les investigations entamées autour des tiers-lieux comme espaces participatifs de diffusion des savoirs. Les FabLabs et les activités, dans notre recherche, sont analysés en considérant les dimensions cognitives, sociales et interculturelles en jeu. 

Le projet implique des chercheurs en sciences humaines et sociales et en sciences du numérique associés à des acteurs de la médiation scientifique et technique, et s’appuie sur le développement d’une intelligence collaborative, qui ne nécessite pas ou peu de moyens matériels ou techniques importants, mais plutôt la construction d’une communauté de pratique de proximité et de distance, une chaîne d’acteurs de la médiation et d’intermédiation, en s’appuyant sur des territoires de fabrication robustes et identifiés.  Les nouvelles formes de communication immatérielle, de circulation et de diffusion des connaissances, s’ajoutant à l’intelligence collective, au-delà du renseignement technique des projets, sont des thématiques importantes qui constitueront le point de départ de la recherche-action envisagée.

FabLab et cultures numériques

Les FabLabs sont des carrefours de pratiques numériques où chacun est appelé à exposer ses pratiques, à les mettre en dialogue, en confrontation afin de les améliorer, les faire disparaître ou les suspendre parfois. Des outils tangibles y sont manipulés et transformés, des espaces de travail et des idées se partagent. La pratique ne s’y déroule jamais en solitaire et se finalise nécessairement par la création d’un objet qui apporte satisfaction à travers son utilité sociale.

FabLab et logique de communication : diagnostic

Malgré le lien fort qui existe entre FabLabs, Open Source et Open Hardware, la transmission numérique des projets est en opposition à ce qui s’y pratique physiquement pour plusieurs raisons : 

-la documentation des projets renvoie à la norme académique (rédaction / mise en page / relecture / publication) et ne s’appuie pas sur le sentiment d’efficacité personnelle ni l’utilité sociale et l’appropriation des résultats des projets par les communautés impliquées ;      

– l’accès à la documentation est complexe pour les non-initiés, 

– les plateformes sont trop nombreuses et peu référencées, 

– les contenus de la documentation sont trop techniques et pas assez didactiques,

– le design de la documentation n’est pas suffisamment pris en compte.  

De plus, les managers et les médiateurs de Fablabs, doivent faire face à des contextes de communication multiples. Les outils, les méthodes et les canaux de communication utilisés pour diffuser les projets ne sont pas adaptés pour considérer les impacts et la qualité de la réception pour des publics variés, éloignés, empêchés, indisponibles. Le projet de recherche-action/développement Fablab-More vise la conception de nouveaux outils, éventuellement de kits pédagogiques à expérimenter, et de nouvelles formes de communication. Ainsi, l’une des cibles sera de rendre plus accessible et acceptable, la production et l’accès à un projet[1].

 Impulser et expérimenter un FabLab « augmenté » 

            Depuis quelques années, un collectif s’est constitué autour de plusieurs FabLabs dans la région Aquitaine ; ce collectif a intégré de nombreuses programmations destinées à une diversité de publics : jeunes scolarisés, en reprise d’études, étudiants, familles, citoyen ordinaire… Le FabLab de Cap Sciences en est un pôle majeur. Le projet s’appuie sur les expérimentations et animations menées dans cette base, en les ouvrant sur leur environnement proche mais aussi lointain comme l’Afrique francophone subsaharienne. Les acteurs de la médiation, quand ils accueillent des publics scolaires par exemple, font le constat d’une forte déperdition des expériences acquises, voire d’un faible transfert et réinvestissement à d’autres contextes d’apprentissage de la part des publics formés. L’espace du FabLab se révèle pourtant très efficace pour développer la motivation et la persévérance dans les apprentissages, d’une part, et pour donner l’impulsion à des actions de diffusion des connaissances techniques dans des milieux à ressources limitées, d’autre part. Mais les plateformes qui sont associées aux FabLabs (Githhub, Gitlab, Thingiverse, Fab-manager, etc.) sont très insuffisantes pour assurer la durabilité (Liquète, 2013) et le transfert des compétences acquises, ainsi que la diffusion  sociale d’une culture scientifique et technique. Ces constats nous incitent à travailler sur un continuum d’apprentissage pour le “faire”, avec des prolongements aux activités immédiates, la mise en place de processus de mémorisation, de conservation pérenne (archivage numérique durable), de circulation et de communication de ces activités et la poursuite à distance des dynamiques générées à l’occasion des projets de fabrication dans les FabLabs. Nous proposons ainsi :

– d’expérimenter des projets conçus collectivement dans une perspective d’ouverture sociale qui s’appuie sur les pratiques de communications partagées,

– de créer, pour des intermédiations inscrites dans la durée (sous forme humaine, technique et numérique), des stratégies de communication négociée et engagée, ainsi que des modalités de conservation et de mise en partage d’une mémoire des activités de fabrication par la documentarisation et le design de l’information,

– de suivre précisément, à travers un dispositif de recherche, ces expérimentations et ces modalités d’intermédiation afin d’en mesurer les effets véritables et de dépasser les effets de mode des discours techno-utopiques.

Quatre dimensions à considérer puis expérimenter 

1- Médiation humaine et numérique

Dans une logique de rapprochement des intentions des concepteurs, des animateurs, des usagers et des intermédiaires, le collectif Fablab-MORE souhaite mettre à plat les politiques de médiation engagées par le passé (humaine, technique, organisationnelle) pour imaginer un renforcement de l’intermédiation par intention (au sens des animateurs), par attribution (au sens de l’usager maker) et partagée (Community Based Research). À terme, les développements proposés s’inscriront dans cette volonté de rapprocher et de conserver des éléments de mémoire des activités afin de les remobiliser en d’autres temps, d’autres contextes et d’autres intentions de formation/accompagnement.

2- Optimisation des FabLabs dans un écosystème social de la petite à la grande échelle

La valorisation des métiers techniques et du numérique auprès des filles, la dissémination des propositions pédagogiques inclusives, la création de communautés accessibles au plus grand nombre, sont des objectifs qui visent à créer un écosystème global, à travers le design de solution, de relation et de milieu (Zacklad). L’enjeu, de taille, sera de positionner en amont les offres et les intentions des FabLabs impliqués dans le paysage des pratiques informationnelles et d’apprentissage des collectifs humains constitués.

3- Redocumentarisation et conservation des traces écrites et communicationnelles des activités en circulation

Certaines compétences liées à la documentarisation des activités, des fichiers de production modifiés par essai-amélioration et des projets sont essentielles, à travers la lecture ou la création de documentation technique, ou les ressources culturelles nécessitant des recherches d’informations ou de documents assorties de productions écrites et audio-visuelles et leur diffusion. Enfin, dans le FabLab, outre les objectifs, les outils, le réseau social, c’est l’organisation spatiale des apprentissages qui est mise en évidence, ainsi que la création d’un système d’information de nature documentaire qui permet à la documentation technique et opératoire, notamment, de circuler : un regard sera porté sur les processus et sur le modèle de certains workflows de gestion de l’information (Norme X 50-176)

4- Comparaison des enjeux transculturels de savoirs en construction selon les contextes d’activités 

            Le collectif FabLab-MORE envisage de mettre en œuvre une démarche comparative, expérimentale et compréhensive de caractérisation des enjeux et des filtres culturels à considérer et intégrer les prolongements des activités des FabLabs, en optimisant les offres au-delà d’un seul périmètre culturel. Pour ce faire, nous prendrons en considération différentes aires géographiques en France (zones rurales notamment) et dans la zone africaine francophone subsaharienne (Mali, Cameroun…) afin de mesurer les potentialités de la documentarisation des activités et de leur communication par essaimage.

Questions de recherche

Cette « recherche-action-développement » vise à optimiser les dynamiques et synergies engagées dans les activités en FabLab autour de la médiation des sciences et des techniques. Elle porte sur les questions suivantes : Comment caractériser, tester puis valoriser et promouvoir des activités de communication autour des FabLabs ? Comment permettre le transfert de compétences et de savoirs, et assurer une forme de durabilité par leur diffusion ? Comment poursuivre les dynamiques dans des processus qui donnent toute leur place à des formats documentaires complémentaires à l’écrit (vidéo, graphisme…) ? Comment projeter les affordances des FabLabs au-delà des communautés de pratique familiarisées avec les processus de création et de fabrication d’objets pour atteindre des cercles plus larges, tant du point de vue des territoires que de celui des groupes sociaux concernés et des effets sur la diffusion des savoirs techniques et numériques ? Comment ouvrir les FabLabs sur leur environnement proche et lointain, et permettre que la culture technique qui s’y déploie, comme les projets à vocation sociale et environnementale, se diffuse largement au-delà des communautés expertes et de certaines aires géographiques? Comment faire du concept de FabLab un espace ouvert et interculturel de communication de la démarche scientifique et technique ? Comment imaginer un FabLab augmenté et partagé, notamment entre les pays développés et ceux qui sont à la recherche de voies de développement ? Finalement il s’agit d’inscrire l’action des FabLabs dans l’étendue du temps, de l’espace, en assurant la transférabilité des savoirs de moi à moi, de moi à l’autre, de moi à la communauté, de moi/nous au lointain.

Objectifs et hypothèses de recherche 

L’objectif que nous nous assignons est de développer des méthodes et dispositifs tangibles (expérimentés et accompagnés par l’équipe de chercheurs impliqués) de prolongement du FabLab et des espaces de création hors les murs des musées de culture scientifique et technique ou d’autres institutions (universités, collectivités, médiathèques,…) reposant sur des intermédiations, des modalités de communication et de documentarisation des activités. Pour commencer, s’impose l’élaboration d’un état de l’art sur ces questions telles qu’elles sont abordées dans la littérature scientifique sur les makerspaces, notamment dans la zone anglo-saxonne, afin de cerner les approches, positionnements et résultats de travaux et d’expérimentations visant à interroger le rôle et l’intérêt d’initiatives “maker” mises en place par des bibliothèques ou écoles  en direction de publics exclus ou marginalisés.

Trois premières hypothèses sont à  tester : 

1) Pour qu’un apprentissage soit efficace et durable, l’acteur doit trouver davantage de sens à son activité (sense-making) notamment en matière de communication. Le projet doit s’appuyer, entre autres, sur une démarche collective d’innovation sociale et sur des valeurs sociales de référence.

2) Les pratiques d’accompagnement, d’apprentissage par le faire, et les formats de communication en circulation dans et hors les communautés doivent s’adapter aux codes et aux valeurs des publics concernés, ce qui inclut la considération et la mesure des usages des réseaux socionumériques. 

3) Pour certains apprenants, jeunes ou moins jeunes adultes, l’école constitue un cadre de difficultés voire d’échecs, parfois d’impossibilités dans certains pays. Dès lors, les FabLabs offrent une possibilité de retrouver confiance, envie, interactions sociales pour apprendre. Ainsi, s’inscrire dans un tel projet à partir d’un FabLab, c’est s’inscrire dans un projet résolument collectif, visant l’échange social dans l’acquisition de savoirs et de compétences et la création d’intermédiations contextualisées.

Originalité et ambition du projet FabLab-MORE

-S’appuyer sur un réseau d’acteurs et de chercheurs ayant travaillé ensemble par le passé, tout en renforçant l’organisation réticulaire de ce collectif ;

-Dépasser les seules dynamiques de production, de participation et de réalisation, pour tendre vers une extension de l’offre à partir des FabLabs pour répondre à des besoins de savoirs durables et transférables à plusieurs situations, temporalités ou contextes ;

-Expérimenter les greffons d’intermédiations et de documentarisation développés au fur et à mesure de l’analyse des données recueillies.

Les domaines de productions scientifiques

Plusieurs axes de catégorisation des FabLabs se profilent :

  • la documentation autour du montage des projets du côté de la médiation : expliciter le projet, donner des arguments pour le monter, comprendre sa réalité organisationnelle, ses objectifs pédagogiques, ses enjeux socio-éducatifs, professionnels. La documentation comprend également tous les éléments glanés pendant et à l’issue du projet, recherchés et utilisés. Elle est au centre de la culture « maker » pour les élèves, jeunes et enseignants observés. En revanche, c’est une question encore peu abordée par les fabmanagers eux-mêmes dont la présence auprès des jeunes consiste à apporter précisément les éléments d’information nécessaires à la connaissance des outils et à la fabrication des objets. Les processus de médiation par la construction et la circulation de documents qui inscrivent les projets dans des traces réellement communicables restent à investir ;
  • la communication autour du projet qui s’accompagne de l’activité de valorisation du travail et d’un réel « marketing » social autour de l’objet réalisé dont les formes de médiatisation des savoirs restent à analyser ; 
  • la question de l’inclusion du jeune dans la réalisation des objets est aussi centrale. Les remarques des enseignants et des élèves concernent l’inclusion de chaque chacun dans un groupe de travail et sa motivation. Le travail individuel est rendu caduc dans les FabLabs, et l’organisation des groupes, la création d’une communauté de pratique autour de la création d’objet, de l’explicitation des moyens utilisés pour parvenir aux résultats demandés restent plébiscités par tous. Mais l’investissement dans le travail questionne les formes et risques d’exclusion dans l’organisation à la fois des groupes de travail mais aussi de la réalisation des tâches scientifiques et techniques.


[1] Quelques ressources en appui : 

Fablab-More

Le Carnet de recherche Fablab-More accompagne le programme ANR du même nom, porté par le laboratoire MICA de l’université de Bordeaux-Montaigne. Ce programme de recherche vise à expérimenter et analyser les potentialités de développement du champ d’action des FabLabs à travers la documentation des activités et des projets, la communication et les processus d’intermédiation.
L’objectif est de rendre compte de la recherche en train de se faire par le biais de billets méthodologiques, de points sur l’état de l’art, de cartographies ou bien encore de retranscriptions d’entretiens.
De par la nature de la recherche, ce carnet s’adresse non seulement au monde académique mais également à la communauté des makers de FabLabs et des médiateurs de ces lieux d’expérimentation.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search